Avoir un enfant jeune, qu’est-ce que ça signifie vraiment ?

Grossesse et MamanAvoir un enfant jeune, qu'est-ce que ça signifie vraiment ?

Certaines personnes essuient de sévères critiques en devenant parents alors qu’elles sont encore très jeunes. Pourtant, une telle situation ne présente pas que des inconvénients. D’ailleurs, sur le plan strictement physiologique, il est préférable d‘avoir un enfant jeune. L’on peut alors s’interroger sur le meilleur âge pour avoir un bébé. Cet article apporte une réponse à cette question.

Quel est l’âge moyen pour avoir un bébé ?

Actuellement, l’âge moyen de la mère à la naissance de son premier enfant oscille entre 30 et 31 ans en France. En 1977, il s’établissait à 26,5 ans. La baisse de la fécondité des femmes constitue la première cause du recul de l’âge auquel elles ont leur premier bébé. Ce phénomène est principalement dû à la diffusion de nombreuses méthodes contraceptives.

Il peut aussi s’expliquer par le fait que le désir d’enfant n’est plus une priorité absolue comme auparavant, et ce, même pour les jeunes qui sont en couple depuis déjà de nombreuses années. Certains préfèrent notamment profiter de la vie et s’adonner pleinement à leur passion grâce aux conseils fournis sur des sites comme Planète-TV. D’autres souhaitent avoir une situation financière stable avant de se lancer dans un projet de bébé.

Les avantages à avoir des enfants jeunes

Le premier avantage à avoir un enfant jeune est d’ordre biologique. Chez les femmes, le taux de fertilité est maximal à l’âge de 20 ans. Il diminue progressivement de 30 à 35 ans. Par la suite, la fertilité chute plus rapidement. Après 45 ans, elle est pratiquement nulle. Ainsi, plus le désir d’enfant survient jeune, plus les chances de le concrétiser sont grandes.

Une étude menée par l’Ined (Institut national d’études démographiques) indique qu’une femme qui souhaite avoir un enfant à 30 ans a 75 % de probabilité d’y parvenir au bout d’une année. Ce chiffre descend à 66 % lorsque le désir d’enfant est exprimé à 35 ans. Il ne s’établit plus qu’à 44 % pour les femmes qui veulent expérimenter la maternité à 40 ans.

Il faut également savoir que la qualité de l’ovule sur le plan génétique baisse avec l’âge. Ce phénomène augmente les risques d’anomalies chromosomiques chez le bébé. Les risques de fausses couches sont aussi plus importants. Plus précisément, ils sont de :

  • 12 % pour une femme de 25 ans ;
  • 20 % pour une femme de 37 ans ;
  • 30 % pour une femme de 43 ans ;
  • Plus de 50 % à partir de 45 ans.

Qui plus est, plus une femme est âgée, plus elle est susceptible de souffrir de diabète gestationnel, d’hypertension artérielle et d’autres troubles durant sa grossesse.

Source : Shutterstock – Par BGStock72

D’autre part, on a plus d’énergie lorsqu’on a un enfant jeune, ce qui est très utile pour s’occuper de bébé (jouer avec lui, se lever en pleine nuit, etc.). Par ailleurs, le corps récupère beaucoup plus rapidement. Une jeune maman aura moins de mal à retrouver sa silhouette d’avant grossesse qu’une autre plus âgée.

Enfin, la parentalité précoce permet de gagner en maturité. En effet, un bébé implique de nombreuses responsabilités : cuisiner, faire les courses, payer les factures, etc.

Couple de mineurs et grossesse : que dit la loi ?

Même s’ils sont mineurs, les membres d’un couple confrontés à une grossesse possèdent des droits. Une mineure enceinte peut notamment décider de poursuivre sa grossesse si tel est son souhait. Son choix sera alors protégé par la loi. Tout individu l’obligeant à avorter est passible d’une peine de prison de 5 ans et d’une amende de 75 000 euros (article L.2222.01 du Code de la santé publique).

Une mineure enceinte a aussi la possibilité de recourir à une IVG (interruption volontaire de grossesse). Dans ce cas cependant, il lui faudra d’abord annoncer sa grossesse à ses parents ou à ses représentants légaux. En effet, leur consentement est nécessaire pour pratiquer une IVG. Si ces derniers refusent ou si la mineure ne souhaite pas leur faire part de sa grossesse, elle peut demander seule l’interruption de sa grossesse à un médecin. Néanmoins, elle devra se faire accompagner par une personne majeure de son choix.

Quel est le meilleur âge pour être maman ?

D’un point de vue médical, l’idéal est de devenir maman pour la première fois à 25 ans. À cet âge, le taux de fertilité de la femme est excellent. De plus, les risques de complications sont moins élevés pour la jeune mère comme pour son enfant.

Il ne s’agit cependant pas d’une règle absolue. En effet, d’autres facteurs doivent être pris en compte. Au final, il appartient à chacune de définir le meilleur âge pour avoir un enfant. L’essentiel est d’être prête à devenir mère.

A lire aussi :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here