Bébé aux besoins intenses : nos conseils pour apaiser votre BABI

Éveil et communication Choisir la bienveillance Bébé aux besoins intenses : nos conseils pour apaiser votre BABI

Si le terme de BABI (bébé aux besoins intenses) n’est pas vraiment utilisé par les médecins pédiatres en France, il vient pourtant d’un pédiatre américain, le Dr Sears. En fait, la catégorie de BABI n’est pas médicale : elle ne désigne pas du tout une pathologie, avec ses symptômes, qui affecterait votre nourrisson. C’est plutôt une catégorie, assez vaste, qui permet de regrouper les bébés qui demandent beaucoup d’attention à leurs parents. Comme les bébés aux besoins intenses peuvent être rapidement épuisants, découvrez nos conseils pour apaiser votre BABI ! 

Qu’est-ce qu’un bébé aux besoins intenses (BABI) ?

Qu'est-ce qu'un bébé aux besoins intenses (BABI) ?
Photo by Derek Owens on Unsplash

Un BABI, comme son nom l’indique, c’est un bébé qui a des besoins intenses. Mais derrière ces mots, qu’est-ce que cela signifie concrètement pour un nourrisson ? 

La catégorie de BABI est en fait assez large. Il y a plusieurs grandes caractéristiques qui permettent de parler de BABI, mais les bébés concernés ne rempliront pas tous ces caractéristiques : chaque enfant est différent et exprime ce tempérament à sa manière. En effet, quand on parle de BABI, on ne parle pas de pathologie mais bien plutôt d’un tempérament. Rassurez-vous, ce tempérament précoce de bébé qui en demande beaucoup ne veut rien dire sur son futur tempérament d’enfant, d’adolescent et a fortiori d’adulte. 

Avant tout, un bébé aux besoins intenses est celui qui va demander beaucoup d’attention à ses parents, qui se trouvent souvent un peu désemparés face à leur nourrisson qui est difficile à vivre et à calmer. Un BABI peut présenter ces caractéristiques : 

  • C’est un bébé qui pleure beaucoup, qui crie fort, qui s’agite en permanence : en résumé, un BABI va avoir des réactions plus fortes que la moyenne, il va donner de la voix !
  • C’est aussi un bébé qui proteste facilement dès qu’il n’a pas ce qu’il veut tout de suite : un BABI est exigeant, incapable d’attendre, et les parents ont du mal à suivre le rythme de ses demandes incessantes.
  • Un BABI a du mal à dormir et se réveille fréquemment pendant la nuit : son sommeil est compliqué. Il est difficile de lui faire faire une sieste, et il ne s’endormira pas facilement dans la poussette, dans la voiture ou dans un transat. Il passera d’ailleurs le plus clair de son trajet en voiture à pleurer, incapable de trouver le sommeil, parce qu’il déteste les contraintes physiques !
  • Un bébé aux besoins intenses présente aussi une forme d’hypersensibilité : il est très facilement effrayé par le bruit, il a du mal à être dans les bras d’un inconnu (ou de toute autre personne que ses parents, voire autre que sa mère), il se distrait facilement quand il fait quelque chose – par exemple quand il mange, ce qui explique qu’il peut demander souvent à manger, parce qu’il ne s’alimente pas forcément assez à chaque repas.
  • C’est aussi un bébé qui est très éveillé : au-delà de ses difficultés à s’endormir et de sa facilité à se réveiller, il est curieux et très actif. Il va beaucoup bouger, s’agiter, et quand il est contrarié il peut notamment garder ses bras et ses jambes fléchis au-dessus de lui (c’est le signe d’un bébé hypertonique). On en revient au fait que ce bébé en demande beaucoup à ses parents et qu’il a une activité motrice très forte : mais attention, c’est différent de l’hyperactivité, dont on ne peut pas parler pour un bébé (elle peut être diagnostiquée plus tard dans l’enfance mais un BABI ne s’avère pas forcément être un enfant TDAH, loin de là).
  • Un BABI a aussi besoin de contact avec ses parents, et surtout avec sa maman : il demande très souvent les bras, il aime particulièrement être allaité parce que le fait de téter le sein de sa Maman le rassure et l’apaise. Il a encore plus de mal que les autres jeunes enfants avec la séparation maternelle, et protestera en pleurant et en criant si sa Maman quitte la pièce. C’est un petit enfant à la forte sensibiité.
  • Enfin, le bébé aux besoins intenses n’est pas facile à calmer : il faut le bercer pendant longtemps avant qu’il s’endorme, attendre patiemment que la grosse crise de larmes soit passée.


Comment savoir si mon bébé est un Babi ?

Comment savoir si mon bébé est un Babi ?
Photo by Egidijus Bielskis on Unsplash

Maintenant que vous avez les caractéristiques qui permettent de penser que votre bébé est un BABI, il faut savoir deux choses avant de vous dire « c’est sûr, mon bébé est un BABI ». 


D’abord, il faut éliminer les causes physiologiques qui peuvent expliquer ces comportements de votre bébé. Être un BABI ce n’est pas une maladie, c’est un tempérament. Par contre, quand bébé a mal aux dents, qu’il souffre de RGO, qu’il est très enrhumé, qu’il souffre de constipation… il peut présenter certaines de ces caractéristiques, comme pleurer beaucoup ou avoir du mal à s’endormir. Pour s’assurer que ce n’est pas une petite maladie passagère ou une pathologie plus lourde qui cause des douleurs à votre bébé, qui s’exprime alors comme il peut pour faire comprendre qu’il a mal, il faut aller consulter un pédiatre qui saura reconnaître les symptômes d’une maladie. Sachez que quand on a un BABI, c’est une caractéristique stable : si votre bébé est très exigeant et pleure beaucoup seulement par période, il y a de fortes chances que ce soit lié à ces maladies de la petite enfance. 

Ensuite, il faut aussi éliminer les causes environnementales, notamment familiales. En effet, un bébé ressent beaucoup de choses : s’il est confronté à un déménagement, à la séparation de ses parents, à un deuil dans la famille, à la dépression post-partum de sa Maman, un nourrisson peut développer des réactions qui s’approchent de celles d’un BABI. Là encore, un rendez-vous avec un professionnel vous aidera à y voir plus clair : un pédiatre ne vous dira jamais que votre bébé est un BABI parce que ce n’est pas un diagnostic médical, mais vous pouvez aller consulter un psychologue spécialisé dans la petite enfance qui vous aidera à chercher d’éventuelles causes qui auraient perturbé votre bébé… et à prodiguer de bons conseils de parentalité positive. Sachez que vous pouvez n’avoir qu’un seul BABI dans une fratrie de différents enfants, que votre enfant n’est en rien responsable de ce tempérament fatiguant, et que vous avez le droit d’être épuisés et d’en avoir marre. Consulter un psychologue est un bon moyen d’en discuter avec un professionnel qui saura vous apaiser et vous prodiguer les  conseils les plus adaptés à votre bébé. 

Comment calmer un Babi ?

Comment calmer un Babi ?
Photo by Wesley Tingey on Unsplash

Certains parents ont besoin de savoir que leur bébé est un BABI, d’autres préfèrent ne pas l’étiqueter. Dans tous les cas, le plus important, c’est de savoir comment gérer ce nourrisson actif, exigeant, qui pleure beaucoup et qui réveille sans cesse la nuit. Les parents peuvent vite se sentir dépassés, débordés et culpabiliser de ne pas réussir à calmer leur bébé. 

On a pour vous des conseils pour calmer un BABI, en attendant qu’il grandisse et soit moins énergivore avec l’âge ! 

  • Conseil 1 : maternez-le. Cela ne signifie pas qu’il faut être sans cesse à courir pour répondre à ses moindres demandes. Un BABI a un fort besoin de contact avec sa mère et s’apaise à son contact, notamment quand il est porté : il est souvent recommandé de recourir à des techniques de maternage, comme les écharpes de portage. Pour ne pas devenir l’esclave de votre bébé, apprenez aussi à ne pas céder à ses demandes immédiatement. Laissez passer quelques secondes avant de venir le rassurer, puis quelques minutes, en augmentant peu à peu la durée. Par contre, l’emmailloter n’est pas forcément une bonne idée.
  • Conseil 2 : si cela vous est possible, privilégiez l’allaitement, le lait maternel donné directement au sein. Dans ces moments de fusion avec sa mère, le bébé se calme, à la fois par la proximité rassurante avec sa mère et par la succion du sein qui le relaxe.
  • Conseil 3 : pensez à aller voir un kinésithérapeute spécialisé pour les enfants. Les consultations dans ce cadre ne seront pas remboursées par la sécurité sociale parce que ce n’est pas un acte de soin, mais un kiné qui manipule doucement votre bébé en lui faisant des massages peut avoir des effets très bénéfiques : relaxation de votre nourrisson, gestion de son hypertonie. 
  • Conseil 4 : parlez à votre bébé. Il est constamment en recherche de stimulation : expliquez-lui ce que vous faites, pourquoi vous le mettez à faire la sieste… Et si votre bébé n’est pas à l’aise dans les bras de quelqu’un d’autre que sa Maman, habituez-le progressivement : la mère peut rester à côté et le reprendre quand il se raidit et commence à crier et à protester. La patience est le maître-mot, mais votre bébé finira par s’habituer. 
  • Conseil 5 :  inscrivez-le dans un cours de bébé nageur. Un BABI a besoin de toute votre attention et s’agite beaucoup, quoi de mieux pour lui que de faire une activité avec vous, où il peut remuer tout son soûl dans l’eau ? C’est aussi une bonne activité pour l’habituer à être au contact des autres enfants, ce qui peut être difficile pour un BABI. 
  • Conseil 6 : comme votre enfant a une activité motrice particulièrement développée, évitez les parcs, la poussette et les transats (autant que possible, bien sûr). Tournez-vous plutôt vers un tapis d’éveil, et stimulez votre bébé en jouant avec lui. Vous pouvez aussi essayer de lui faire écouter de la musique, mais pas avant de le coucher ! 
  • Conseil 7 : faites-vous confiance. Il est normal de tâtonner face à un bébé aux besoins intenses, tout parent trouvera peu à peu la recette qui apaisera son enfant. Cela demande beaucoup d’énergie, mais quel bonheur de l’avoir accueilli dans ce monde !

Photo de couverture by Guillaume de Germain on Unsplash

A lire aussi :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here