Psychose: Aluminium dans le Lait Infantile

2 émissions télé et la psychose autour de l’aluminium s’est emballée…
A en croire les « études », nous finirons tous, enfin, je parle surtout de ma génération, séniles et atteints d’Alzheimer.
A en croire les « études », je suis certainement déjà foutue. J’ai grandi avec des plombs plein de mercure dans la bouche dès mes 7 ans. Et j’ai certainement ingurgité des tonnes d’aluminium avec toutes les cochonneries que je mange chaque jour depuis toujours.
Heureusement, j’ai un blog de maman, un blog où j’y note nos anecdotes de famille. D’ici quelques années, quand j’oublierai tout, il sera mon journal intime à relire.
Principe de précaution …

Depuis 2008, je n’utilise plus de déodorants contenant des sels d’aluminiums, tout comme je n’utilise plus de gels douches contenant des parabens. Ce n’était apparemment pas le cas de tout le monde, vu le flot de requêtes google sur ces termes depuis la diffusion des 2 émissions sur l’aluminium dans notre quotidien.

Pourtant, là où je suis en colère, c’est d’apprendre que les laits infantiles, la seule et unique nourriture des bébés non allaités jusque 6 mois est lui aussi bourré d’aluminium!
 

Selon l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments), la dose hebdomadaire tolérable pour un être humain est de 1mg d’aluminium/kg par semaine.

 Pour exemple, l’exposition potentielle chez les nourrissons nourris au sein a été estimée à moins de 0,07 mg/kg par semaine alors que l’exposition peut atteindre 1,1 mg/kg par semaine pour des préparations pour bébé à base de lait ou de soja pour des produits de grande consommation.

Un moyen de culpabiliser les mamans
 
Oh, je devrais me féliciter, j’ai allaité. Mes enfants ont donc été moins exposés. Mais je pense à toutes les mamans qui vont culpabiliser encore un peu plus parce qu’elles n’auront pas donné le meilleur à leur bébé… Or, elles ont donné ce qui leur semblait le meilleur pour les bébés selon leur choix de vie. Nous vivons dans une société où nous avons la chance de pouvoir choisir entre plusieurs options comme allaiter au sein son bébé ou l’allaiter au biberon avec du lait infantile. Nous devrions nous réjouir d’avoir plusieurs choix possibles. Nous faisons confiance presque les yeux fermés.
Puis un jour, BAM! On apprend que depuis le début, nous empoisonnons nos enfants.
C’était bien le micro-ondes, les biberons en plastique qui ne cassent pas comme ceux en verre de notre enfance. Sauf qu’aujourd’hui, on nous dit que c’était mauvais pour nos enfants, que peut-être ils seront stériles à cause de cela.
Dans les pays développés, sommes nous tous destinés à devenir stériles ?
C’était bien les produits bébé qui se conservent longtemps. Sauf qu’aujourd’hui, on nous dit que les parabens, c’est mauvais.
C’était bien de pouvoir donner un biberon de lait maternisé à son bébé. Sauf qu’aujourd’hui, on nous dit qu’il contient de l’aluminium et que c’est mauvais pour la santé.

Quelles solutions ?

Que faire !?
Arrêter de donner du lait en poudre à nos bébés ? Et à la place, on leur donne quoi ?
Il est impossible que nous ne retrouvions sans cesse dans ces situations de psychose. Aujourd’hui tout semble mauvais pour l’être humain. L’innovation nous tuerait-elle?
Moins de chimique pour plus de naturel semblerait être la solution.
Allons tous hiberner jusqu’à ce qu’ils trouvent de vraies solutions sans danger pour personne …
En attendant, vous pouvez lire le très bon article de Bébé au Naturel qui s’est renseigné auprès de ses fournisseurs sur l’aluminium contenu dans les laits infantiles Bio. J’ai envie de dire « Ouf, mon Coconbébé boit du lait de croissance HIPP »… mais juste parce qu’il était en promo dernièrement …

Futures CoconMamas, qu’en pensez-vous? Cela vous encourage-t-il à allaiter votre futur CoconBébé ou êtes-vous juste en colère, révoltées ?

Edit: Dernièrement, les laboratoires Gallia ont changé les contenants de leurs laits infantiles en poudre. Fini les boîtes en aluminium. Quant aux laboratoires Guigoz, ils affirment qu’ils sont bien en deçà des normes à respecter de mg par kg et par jour.

Il ne reste qu’à faire confiance.

Auteur de l’article : Ana Ducocon

Maman de 3 enfants ayant travaillé au service internet d’un grand catalogue de ventes par correspondance pendant une décennie, j’ai eu l’idée de ce blog pour aider les jeunes parents à préparer l’arrivée de bébé dans le foyer pendant mon 3ème congé maternité.

3 commentaires sur “Psychose: Aluminium dans le Lait Infantile

    Nebullae

    (24 février 2014 - 19 h 50 min)

    Je découvre cet article un peu tard, je voulais jute te signaler que l’expression « lait maternisé » est est à bannir car elle induit une confusion entre le lait maternel et les préparations artificielles pour nourrissons (autrement dit le lait artificiel) 😉
    Une petite correction me semble une bonne chose…

    Sortie de ça, je trouve révoltant que les industriels prennent par dessus la jambe la compositions des laits artificiels !! Le LA est sensé être la meilleure alternative au lait maternel quand la maman choisit de ne pas allaiter son bébé. C’est inadmissible qu’elles se retrouvent donc à « empoisonner » leurs bébés en pensant leur donner un produit sain et -relativement- adapté !! D’autant qu’au final elles n’ont pas le choix… à moins de se remettre à allaiter… on marche sur la tête !
    Parole d’extrémiste du nichon !!

    MUMZELLE BUTINE

    (10 mars 2014 - 11 h 05 min)

    punaise, je suis atterrée par ce que je viens de lire. j’ai fait hyper gaffe pour le lait en poudre à partir du moment ou j’ai arrêté d’allaiter. Maintenant, je suis passée au milumel en bouteille mais bon du coup, comment reconnaitre l’aluminium dans les composants ?

    La fée Lili

    (10 mars 2014 - 11 h 33 min)

    Je pense qu’en France on a de gros efforts à faire pour promouvoir vraiment l’allaitement maternel, c’est à dire en soutenant véritablement les mamans dans leurs choix et en leur facilitant la vie et notamment la reprise du travail tout en continuant d’allaiter. Parce que, un des problèmes est là, continuer à allaiter c’est super, mais encore faut-il une crèche qui accepte de prendre le lait maternel (et pas avec un protocole de 10 pages à respecter non plus), et un employeur qui accepte qu’on adapte un peu notre emploi du temps. Sinon, ça n’est pas réaliste et autant laisser les mamans tranquilles.

    Sinon, je suis vraiment atterrée de lire ça, et je me réjouis d’avoir eu la volonté de poursuivre mon allaitement pour ma seconde !! (chose que je n’avais pas fait pour ma numéro 1).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *